Cet été, voici ce que j'ai trouvé dans un vide-greniers. Ce livre n'est plus édité et il se fait rare en librairie ou sur les sites spécialisés.

qB5dhdRRRkyW7J52Gn82Yg_thumb_2897

Dans ce livre, très documenté, passionnant et facile à lire, Huguette Roux nous raconte l'histoire des pochettes de serviettes qui sommeillent encore au fond de nos tiroirs.

cEX8ox3kSYuWSdFf37q1OA_thumb_2898

p2jwQ6GmRJ2Ff1fFFVml3g_thumb_2899

Il faut vous dire que des porte-serviettes, j'en ai plein ! J'ai gardé quelques-uns de ceux que Maman et ma grand-mère avaient brodés et un ou deux en toile basque qui servaient tous les jours. Peu à peu, ma collection s'est enrichie au fil de mes promenades dans les vide-greniers ou de mes visites chez Emmaüs. C'est une collection peu onéreuse : on trouve de superbes porte-serviettes brodés anciens à moins de trois euros.

Gk+H9E1bSeKolf38Czd4LA_thumb_2887

J'ai souvent acheté ces porte-serviettes pour les offrir. Je glisse dedans quelques métrages de rubans et dentelles, un petit accessoire de couture, une fleur en tissu, un petit bijoux fantaisie, une jolie image, un napperon… et hop ! voilà un charmant cadeau pour l'anniversaire d'une amie  ou pour la maîtresse de maison lors d'une invitation.

J'ai eu du mal à me séparer de certains et je les ai gardés. Lavés, repassés, amidonnés, ils sont rangés dans une jolie boîte. Si certains ont été peu utilisés, d'autres portent la marque du temps (je n'ai effectué aucune réparation). Au fil du temps, je vous montrerai une partie de ma collection ou de mes découvertes. Commençons par ceux réservés aux bébés.

Bébé avait sa serviette. Les brassières de laine tricotées main méritaient d'ête à l'abri des gouttes de lait s'échappant du biberon. Les plus usuelles étaient parfois confectionnées dans du tissu récupéré (souvent sur les bords d'un drap de lit usagé). De forme simple et découpée dans le haut par le creux de l'encolure, la serviette s'attachait au cou à l'aide de deux cordons.

19gBDo5dRny1BuE155OG9w_thumb_288a

La finesse du travail, la variété des points laissent à penser que ces ouvrages ont été réalisés par une maman, ou une mamie, habile brodeuse.

Les bébés avaient aussi leur pochette.

bcb6x714ScaQ0kyso%YAhQ_thumb_289a

Les suivantes ont été réalisées il y a bien longtemps déjà. A cette époque, les ouvrages en couleurs n'étaient pas encore de mise pour les enfants. Si les deux premières ont été exécutées par une brodeuse avertie, la dernière devait être l'oeuvre d'une fillette, cadeau au nouveau-né ou ouvrage scolaire.

wJitoKssQIiMg6%lnYfV%A_thumb_2890

Les bordures du rabat pouvaitent être d'une simplicité extrême comme refléter le savoir-faire et l'habilité de la brodeuse.

RpF62GTySBa6K0ntt+1mkA_thumb_2891

Dans les années 50/60, les fillettes que nous étions, devaient apprendre les travaux d'aiguille. Ces pochettes, réalisées par des débutantes, sont émouvantes par ce qu'elles représentent. On y distingue les maladresses, la difficulté à planter l'aiguille au bon endroit…

Saynètes charmantes ou amusantes, fables de La Fontaine, ou motits plus simples, on y devine la dextérité de la réalisatrice.

y61S2TDIQyu2DaF3Q1NE%w_thumb_2892

pIP62wuYR2W2QfqMZDqxfQ_thumb_2893

utkWINmPQHuOsqR%hI39Ng_thumb_2895

Pour terminer, je ne résiste pas au plaisir de vous montrer, de plus près, les motifs ornant quelques-un de ces ouvrages.

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_288c UNADJUSTEDNONRAW_thumb_288d UNADJUSTEDNONRAW_thumb_288e

A bientôt !

Prochaines ouvertures de La Petite Mercerie


• Samedi 17 novembre 2018
• Samedis 1e et 15 décembre 2018