"On utilisait la pochette au quotidien depuis le mariage de mes parents en 1920. Elle permettait pour chacun de nous, nous étions 5 à la maison, de distinguer et ranger soigneusement nos serviettes de table" témoigne Huguette Roux*.

* auteur du livre "Sur la table de nos grands-mères" éditions Cheminements

Ces pochettes usuelles se distinguaient par leur côté pratique. Si la couleur, moins salissante, facilitait un usage journalier, la nature du tissu (jusqu'au tissu plastifié) les rendaient encore plus aisées à entretenir. Dans les années 60/70, on rencontrait fréquemment ces pochettes en linge basque. Les métiers Jacquard permettaient une grande variété de motifs damassés. Les pochettes ci-dessous sont en vente à la boutique "Linge de Maison" de la communauté du Plessis.

oZ2jWpuSTlGXo9Eiwvehcw_thumb_28d4

Celle-là, est le vestige d'un séjour effectué avec mes parents dans le sud-ouest de la France.

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_28d9

Si les carreaux s'inscrivent parfaitement dans le domaine de la cuisine, ils pouvaient bénéficier d'un brin de fantaisie comme cette pochette ornée du prénom brodé de l'utilisatrice.

FyiLhh+xR0iQEkj4aVV4pQ_thumb_28d8

Plus raffinée, cette pochette brodée aux initiales de sa (son) propriétaire. Chaque membre de la famille devait posséder une pochette ainsi personnalisée.

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_28db

La pochette suivante est vraiment touchante. Elle a été brodée par une main maladroite sur une pochette dont les jours ont manifestement été réalisés par des mains plus expertes.  Geneviève, était-ce le prénom de la fillette ou celui de sa maman ? Quoi qu'il en soit, elle a été utilisée… jusqu'à l'usure.

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_28dc

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_28dd UNADJUSTEDNONRAW_thumb_28de

Brodées avec application par la jeune mariée, ou cadeau de mariage personnalisé, ces pochettes de même style, tout en gardant une unité pour la table, permettaient de distinguer l'appartenance de chaque convive (ici, un couple manifestement). Il est plutôt rare de trouver l'ensemble complet.

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_28df

GwtlNwNTRa+s6KUQevFEVA_thumb_28d2 UNADJUSTEDNONRAW_thumb_28e0

Ventre affamé point de gaîté

Mangez à volonté, buvez en sobriété

Vin léger fait danser. vin vieux fait rêver

On ne veillit pas à table

La faim de connait pas d'ami

Huguette Roux les appelle les "bavardes", richement ornées, ou plus simples comme les suivantes, elles ont un point commun : un petit message que le convive découvre au moment de passer à table. Bien entendu, ces maximes ont un rapport avec le manger ou le boire !

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_28da

 

Dans quelque temps, nous poursuivrons cette balade parmi les porte-serviettes. Alors, à bientôt !

Prochaines ouvertures - copie